Hors d’eau hors d’air en 20 jours !

Hors d’eau hors d’air en 20 jours !

Hors d'eau hors d'air en 20 jours !

Dans l’aventure, j’ai embarqué mon ami Daniel Deguislage, menuisier dans la région de Namur.

Il a une grande expérience dans les ossatures en bois pour faire des extensions à des maisons, mais il n’a jamais eu l’occasion d’en faire une complète, voilà pourquoi il n’a pas hésité à faire 1.000 km.
 
L’équipe a été renforcée par :

– Deux artisans français certes bons bricoleur, mais ne connaissant rien à la construction en ossature bois.

– Deux bénévoles désirant apprendre les techniques du premier œuvre (deux jeunes ingénieurs en voie de reconversion professionnelle)

– Et moi-même, de nombreuses heures au compteur de bricolage dans la maison, mais pas d’expérience d’un chantier d’une telle ampleur, dans la vie, j’étais commercial donc rien à voir.

Ma phrase “ Aventure, même pas peur “

Liste des étapes

Plancher du Rez bois

Le bâtiment est constitué de 5 lignes de pieux dans sa largeur. La première étape était de mettre une poutre de 8 x 22 à plat sur les platines des techno pieux en ayant pris soin de mettre une membrane en dessous afin d’éviter les remontées capillaires.

Deuxièmement, on rejoint ses lignes dans la longueur par des traverses de même section, en les écartant de 42 cm (entraxe de 50 cm), vissage par l’extérieur avec 3 vis.

Les poutres ont été traitées, mais pas les traits de coupe, voilà pourquoi vous vous voyez régulièrement enduire le côté scié.

Entre ses poutres, nous avons fixé des lattes de 25 x 45 dans le bas, pour y déposer dessus une planche de Cellit 3 d noir (traitement spécifique qui empêche le passage de l’humidité).

Pour diminuer le facteur de pertes, les planches ont été coupées dans la largeur et pas la longueur (perte finale moins de 2 %) les planches étant rainurées, c’est parfait pour emboîtement entre elles. Mousse sur les côtés pour garantir l’étanchéité, puis remplissage de 18 cm de laine de bois. Enfin mise en place du plancher en Osb (collage écologique) de 22 mm.

Vérification du niveau du plancher, soudage de retour vertical sur les platines pour ancrer le bâtiment.

Élévation des murs

Ici, on prend deux poutres (6 x 18) qui serviront de base et de sommet au montage, des poutres verticales de même section, seront écartées de 42 cm (entraxe de 50) et la dernière sera écartée en fonction du reste.

Si le mur est pourvu d’une ouverture, le dessus et dessous seront garnis d’une poutre à l’horizontale servant de linteau et de seuil.

Un étrésillon sera fait à 2/3 de hauteur afin d’éviter le travail du bois.

Élévation des murs manuellement, une fois en place le fixer au pied sur les poutres du plancher, une traverse provisoire sera mise pour garantir la stabilité de l’ouvrage, en faire de même pour le deuxième mur, idéalement un coin afin de rigidifier rapidement la construction, vérifier les alignements et le niveau et fixé les éléments entre eux, idem pour l’ensemble des murs du rez.   

Plafond du Rez

Sur les murs des poutres de 8 x 22 seront mise dans le sens de la longueur avec un écartement de 42 cm (entraxe de 50 cm).

Entre ces poutres, aux extrémités et au centre (en fonction de la dimension parfois plusieurs) traverses seront fixés, cela permet de garder les poutres bien droites, et surtout évitera au bois de travailler et de faire pas mal de bruit et d’endommager le futur parquet.

Sécuriser le tout avec un plancher d’Osb de 22 mm. 

Contreventement

Contreventé l’ensemble de la construction ou au minimum mettre plusieurs croix de Saint-André pour éviter les mouvements de l’édifice.

 

Les murs ont été recouverts de plaques Celit 3 D de 16 mm. Ces panneaux serviront également de pare-pluie.

Élévation des murs de l’étage

Même technique que pour le rez de chaussée à savoir :

On prend deux poutres (6 x 18) qui serviront de base et de sommet au montage, des poutres verticales de même section, seront écartées de 42 cm (entraxe de 50) et la dernière sera écartée en fonction du reste.

Si le mur est pourvu d’une ouverture, le dessus et dessous seront garnis d’une poutre à l’horizontale servant de linteau et de seuil.

Un étrésillon sera fait à 2/3 de hauteur afin d’éviter le travail du bois. 

Élévation des murs manuellement, une fois en place le fixer au pied sur les poutres du plancher, une traverse provisoire sera mise pour garantir la stabilité de l’ouvrage.

Vérifier les alignements et le niveau et fixé les éléments entre eux, idem pour l’ensemble des murs du premier.

Charpente

Construction de la charpente (dans notre cas en deux parties) ici, nous avons tenu compte de la future casquette de 100 cm au sud et de 50 cm sur les autres façades.

 

Avec deux ingénieurs à dispositions (nos volontaires) le calcul des pentes en % ou en degré était beaucoup plus facile.

 

Attention à ne pas commettre la même erreur que nous, sur une ferme une jambe de force avait été monté à l’envers, dans notre cas la structure étant surdimensionnée cela ne portera pas à préjudice).

 

Solidarisé le tout.

Toiture provisoire

Un peu comme pour le plancher, sur les charpentes, on met des poutres de 8 x 22 dans le sens de la largeur, écartées entre elles de 50 cm (entraxe de 58). Entre ces poutres, aux extrémités et au centre (en fonction de la dimension parfois plusieurs) traverses seront fixés, cela permet de garder les poutres bien droites, et surtout évitera au bois de travailler.

Dessus, on viendra mettre des panneaux rigides de fibre de bois de 6 cm. Ces panneaux rainurés s’emboîtent facilement et serviront de pare-pluie. Fixation aux moyens de vis avec rondelle ou rosace en plastique. 

Châssis et portes

Ne pas oublier de mettre des bavettes (dans notre cas, déchets d’EPDM) en attendant de mettre les seuils. Fixer, régler et mousser l’ensemble de l’huisserie.

Notre pose étant en tunnel, et comme nous avions prévu de laisser des marges suffisantes, nous n’avons pas connu de problème majeur. Ah, j’oubliais Daniel est « Le » spécialiste de la fenêtre, ceci explique cela.  

EPDM sur les toits terrasse.

Mise en place de la toile EPDM si possible en une pièce. Bien prévoir les acrotères et couper l’excédent. Replier les bords et replier le tout en deux. Encollé les panneaux d’Osb d’une part et l’envers de l’epdm, dérouler tout doucement la toile, tout en veillant à n’avoir pas de plis, et à avancer progressivement, ne vous occupez pas des retours. Faire de même avec l’autre moitié.

Prévoir les sorties d’eau, collé le mur d’acrotères et le retour de la membrane EPDM et rabattre doucement. Dans les coins faire un double pli plutôt que de découpé en angle, cela évitera les infiltrations d’eau.

Et voilà le bâtiment est fermé, champagne moins de 20 jours 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.