Intérieur phase de préparation

Intérieur phase de préparation

Intérieur Phase de préparation

Murs de refend

Dans notre construction, les murs porteurs reposent sur les lignes de techno-pieux dans le sens de la largeur du bâtiment. Donc, comme mur de refend il nous reste que ceux de la cage d’escalier.

Pour le mur de séparation de la salle de bain et de la chambre au rez-de-chaussée, nous avons décidé de mettre un isolant de laine de bois de 18 cm afin d’éviter la propagation des bruits.

Le mur de la salle de bain servira également pour le passage des gaines techniques, le coffre électrique, et la chasse d’eau du WC suspendu, bien calculé les écartements entre mes poutres pour cet effet.  

Pour l’escalier, je vous invite à passer un peu de temps pour le calcul de la hauteur des marches afin que celui-ci soit confortable et régulier. N’oubliez pas de tenir compte de la hauteur des différentes couches qui viendront sur le sol (au pied de l’escalier, le pallier et l’étage). Pour notre part, nous avons décidé de mettre un palier droit et deux volées. L’assemblage se fait par volée. Les marches sont serties dans les limons préalablement défoncés sur 2 cm puis viser.

Nous nous occuperons des contremarches plus tard.

Pour les murs de la cage d’escalier, nous récupérons ici les plaques de fibre de bois de 6 cm en mettant les poutres porteuses (6 x 18) dans l’autre sens, ainsi pas de gaspillage.

Nous avons également tenu à récupérer les espaces perdus sous l’escalier.

Côté salle de douche du rez, en y insérant la machine à laver, et côté chambre une armoire viendra s’y loger. Petite particularité, la vocation du bâtiment sera la location de vacances donc un endroit secret de rangement (lit bébé, réserve de vaisselles, matériel de nettoyage, …) sera conçu sous le pallier.

Les économies ainsi réalisées avec ses différentes récupérations de nos isolants, nous ont permis de vendre les surplus pour plusieurs milliers d’euros tout en permettant à d’autres de profiter d’un prix semi-remorque !

Le contreventement est fait en panneau Osb (collage écolo) de 14 mm.

Il est temps de dire adieu aux échelles pour rejoindre l’étage ! 

Isolation des murs et plafonds

Pour les murs, nous utilisons de la laine de bois de 18 cm, comme l’écartement entre les poutres verticales est de 42 cm, nous coupons les panneaux en 3 et mettons de côté le morceau restant.

La découpe à la scie à main est très longue et peu précise (risque de pont thermique), nous avons vite abandonné cette option pour passer à la scie Festool, wah quel gain de temps et de précision. Pas de vis ni de colle, car c’est en compression. Lors de la pose, penser à protéger les yeux et les voies respiratoire pour les poussières, surtout au plafond !

Les fibres récoltées lors des coupes serviront pour combler les petits trous éventuels !

Restera plus qu’à combler écarts à cause des étrésillons en récupérant les morceaux de reste de coupe, grâce à cette bonne gestion, sur notre chantier, facteur perte de moins d’1 %.

Dans les plafonds, l’isolant est toujours en fibre de bois de 22 cm.

Pour le plafond de l’étage, nous avons écarté les poutres un peu plus afin de mettre les plaques d’un seul tenant.

 Frein vapeur

Pour notre part, nous avons opté de mettre un frein vapeur (et non pas un pare-vapeur) sur les murs et plafond ayant un contact avec l’extérieur. Celui-ci est agrafé, la jonction entre les différents lés se fera avec un recouvrement de 10 cm, une colle en assurera son maintien. Pour l’étanchéité totale, une bande spécifique sera mise sur toutes les jointures des lés et en faire de même pour les agrafes.

Sur les retours des huisseries, s’assurer que les moindres petits trous soient bouchés !

Voilà, la dernière étape de l’étanchéité à l’air ! 

Facebook
Twitter
LinkedIn
Pinterest
Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.